Pourquoi réaliser l’entretien de sa chaudière ?

Que votre chaudière soit au gaz, au fioul, au bois, au charbon ou multi combustibles et si sa puissance est comprise entre 4 et 400 kilowatts, celle-ci doit faire l’objet d’un entretien annuel. La raison principale en est la prévention contre les intoxications dues au monoxyde de carbone, qui comme nous le savons, est un gaz inodore qui peut provoquer des maux de tête, des vertiges, voire la mort. Chaque année, 100 personnes meurent d’avoir inhalé du monoxyde de carbone, l’hiver dernier, près de 1000 personnes ont été prises en charge par les urgences à cause d’une intoxication au monoxyde de carbone. Alors avant qu’un texte de loi rende obligatoire l’installation d’un détecteur de monoxyde comme c’est le cas pour la fumée, l’entretien de votre chaudière est un moyen efficace de prévention.

Quels sont les textes de références ?

Un ensemble de textes régissent l’entretien des chaudières, les articles R224-41-4 à R224-41-9 du code de l’environnement relatif aux caractéristiques de l’entretien et l’arrêté du 15 septembre 2009 relatif à l’entretien annuel des chaudières.

Qui est concernée ?

Le propriétaire et le locataire (sauf dérogation prévue dans le contrat de location) sont tenus de faire entretenir annuellement leur chaudière.

Dans le cadre d’un d’une habitation avec une chaudière collective, c’est au propriétaire et/ou au syndic de copropriété de mettre en place un suivi d’entretien.

À qui s’adresser pour faire effectuer cet entretien ?

Vous pouvez tous les ans faire intervenir un chauffagiste ou conclure avec lui un contrat d’entretien.

Ce dernier vérifiera la chaudière et en effectuera le nettoyage et le réglage. Il procédera, également,  à une évaluation des polluants atmosphériques. Il vous remettra, dans les 15 jours, un certificat attestant de cet entretien que vous devrez conserver et tenir à disposition de votre bailleur et/ou votre compagnie d’assurances.

Ce professionnel est aussi là pour vous conseiller sur l’utilisation de la chaudière, les améliorations possibles pour optimiser les conditions de chauffage de votre logement ainsi que préconiser le remplacement de la chaudière en cas d’obsolescence.

Quels sont les risques encourus en cas de non-entretien de la chaudière ?

Les textes ne prévoient aucune sanction pénale, donc aucune amende. Par contre, votre propriétaire peut, quand vous aurez décidé de quitter le logement, retenir tout ou partie de votre caution pour non-respect de la clause de votre contrat de location stipulant l’obligation pour vous de faire entretenir la chaudière à vos frais.

De plus, et cela concerne à la fois les locataires et les propriétaires, en cas de sinistre impliquant la chaudière, la compagnie d’assurances, se réserve le droit de ne pas vous indemniser en cas de défaut de production de l’attestation d’entretien annuelle de votre chaudière.

Y a-t-il une période de l’année idéale pour réaliser cet entretien ?

Les professionnels conseillent d’effectuer l’entretien de la chaudière au printemps. En effet, et c’est une question de bon sens, laisser les dépôts de combustion accumulés pendant l’hiver jusqu’à l’été ou plus tard risque d’accélérer la corrosion des pièces en acier. De plus, si des changements de pièces sont à prévoir, vous aurez le temps de les commander et de les changer avant la nouvelle période de chauffe.

Quelles sont les autres obligations liées de près ou de loin à l’entretien de la chaudière ?

Le ramonage de la cheminée est ce qui se rapproche le plus légalement de l’entretien de la chaudière, car lui aussi est obligatoire et doit être effectué par un professionnel. De plus, c’est aussi au locataire en cas de conduit de cheminée individualisé de souscrire à un contrat d’entretien. La périodicité du ramonage comme les règlements encadrant l’utilisation des cheminées se décident au niveau local. Généralement, deux ramonages sont prévus réglementairement  dont un pendant la période de chauffe. Ces ramonages ont pour but de prévenir les intoxications à la fumée et/ou au monoxyde de carbone.

L’installation d’un ou plusieurs détecteurs de fumée dans chaque habitation est obligatoire depuis mars 2015 (loi Morange) mais peine à s’imposer. En effet, seule la moitié des foyers est actuellement équipée.

Pour ce qui concerne le détecteur de monoxyde de carbone, aucune obligation d’installation ne semble se profiler même si de nombreuses associations la réclament d’où la nécessité de faire vérifier régulièrement tous les appareils à combustion utilisés dans le foyer et cela par un professionnel. Il est aussi prudent de respecter quelques principes comme ne pas faire de barbecue sur son balcon ou dans son garage par exemple.

Si vous recherchez un chauffagiste, un ramoneur, n’hésitez pas à prendre contact avec votre conseiller sur https://www.lesbonsartisans.fr. ou au 09 72 54 67 67.